Notre Dame de Celles

Chapelle ND de Celles et ses apparitions

img-5786.jpg 

 

 

 

 

 Vous êtes sur un site unique en Ariège ...

En effet, l’origine de cette chapelle- qui, comme vous le voyez a plutôt l’allure d’une église- remonte au temps de Louis  XIV. C’est durant son règne qu’une apparition de la Vierge sur ces lieux est annoncée. Nous sommes en 1686. Par comparaison, les apparitions de Lourdes ne datent que de 1856.

L’origine de cette « chapelle » tient à cette « apparition » et aux « guérisons » consécutives à celle-ci….

 Deux enquêtes de l’époque nous relatent les circonstances de cette apparition.Que disent ces documents ?

Le fils du métayer du seigneur de Celles, Jean Courdil, était allé, le matin, travailler à un champ de millet gros, c'est-à-dire du sarrasin. Il remonte vers sa maison (située au dessus de la chapelle actuelle, dont il ne reste, actuellement, que des ruines). Il aperçoit une colombe qui se dirige vers la fontaine et qui se transforme en une jeune fille. Surprise ! Cette enfant au départ, dit l’une des enquêtes, devient une jeune femme et lui dit de ne pas avoir peur et qu’elle est la sainte Vierge. Elle s’arrête près de la fontaine… Tous deux, Jean Courdil et la sainte Vierge, se mettent à genoux…Une discussion s’en suit… La sainte Vierge dit à Jean Courdil que les habitants de Celles doivent « se convertir » et faire huit processions... Cette appellation « se convertir » ne veut pas dire changer de religion ou de croire à quelque chose… mais de changer sa façon de voir  et de vivre…

 Pourquoi cette allusion ? Pourquoi cette demande de changement de vie ?La sainte Vierge donne l’explication… Le village de Celles est confronté à la zizanie… Quatre femmes ont battu le curé ! Si elles veulent aller au ciel, dit-elle, il faut qu’elles se repentent…, d’autant plus que d’autres personnes innocentes sont comprises dans cette affaire. (Ce passage concernant le curé battu, bien inscrit dans les documents d'origine, a toujours été écarté dans les divers écrits consacrés à l'apparition...!).

 Pourquoi a lieu cette bastonnade? La réponse est dans l’histoire de France et dans celle du diocèse de Pamiers. En effet, en ce temps-là, le roi de France, Louis XIV veut nommer lui-même le successeur de l’évêque qui vient de mourir et cela contre l’avis du pape (qui, en tant normal, le nomme) et récupérer les revenus de l'évêché durant la vacance  : c’est ce qu’on appelle l’épisode de la Régale. On se retrouve donc en présence d’un évêque nommé par Louis XIV, alors qu’une grande partie des  prêtres du diocèse ne veulent pas le reconnaître (il y en aura plusieurs successifs sans le consentement du pape de 1680 à 1693…).

Un autre élément est à prendre en compte : le seigneur de Celles de l’époque est très lié au roi de France. C’est ce seigneur qui gère le domaine du roi autour de Roquefixade… De plus, la famille de ce seigneur a ses entrées à la cour du roi de France. Or, ce seigneur est en opposition avec son curé resté fidèle au pape et qu’il  fait arrêter et emprisonner… ! Un nouveau curé arrive et se fait bastonner… ! Il aurait, selon un rapport rédigé au Vatican, des mœurs, disons, légères et monnaye les sacrements…

Enfin, autre élément dans cette affaire, il y a une bataille d’idées et d’influence entre Jésuites (proches des positions du roi) et celle des Jansénistes qui s’opposent aux Jésuites… Sans rentrer dans le détail, c’est dans ce climat que sont annoncées ces apparitions…Mais ces précisions ne sont pas dites dans les documents… C’est la recherche historique qui peut nous éclairer sur le sujet…

 Revenons aux enquêtes effectuées…

 Donc, le message de la sainte Vierge est clair : il faut ramener le calme à Celles ! Elle demande, donc, à Jean Courdil d’aller en avertir le peuple… ! La sainte Vierge lui demande, aussi, de laisser la bêche qu’il portait à l’endroit où ils se trouvent  et de la faire chercher, dit la 1ère enquête, par son frère (son frère et sa sœur, selon la seconde enquête, y seraient allés, après son retour à la métairie). La bêche est retrouvée sur les lieux avec, au bout du manche, une croix faite de trois feuilles de chêne.

 Jean Courdil fait ce que lui a demandé la sainte Vierge : Des processions de repentance ont lieu…

 Quelques temps après, une seconde apparition au même Jean Courdil a lieu. Au cours de celle-ci, la sainte Vierge remercie le voyant d’avoir accompli sa mission et annonce que la source sera « bonne ».

 Dans les deux enquêtes qui sont réalisées alors sur les circonstances de ces apparitions, des dizaines de cas de guérisons sont remises aux enquêteurs : l’origine en est l’eau de la fontaine située au lieu de l’apparition.Dès lors, c’est l’affluence : l’on vient de partout (Montaillou, Chalabre, Gajan…) en pèlerinage sur ce lieu où il se fait des « miracles »…, en particuliers en utilisant son eau ! L’on monte, déjà, la côte à genoux… (Détail donné dans la 1ère enquête)!

 Quelques mois après ces évènements, il est décidé de construire une chapelle qui est bénie en 1695, soit 9 ans après cette apparition.

      NB: Cette bénédiction n'a pas été effectuée par l'évêque de Verthamon, -comme certains s'ingénient à le dire! et cela contrairement aux textes-, mais par son vicaire général: la situation à Celles entre le fait de la Régale et la question de l'apparition qui y est relatée lui posant problème (d'ailleurs, dans le texte de la bénédiction, il n'est pas fait une seule allusion aux apparitions!). Cependant, Mgr de Verthamon viendra à Pla Rouzaud en 1700, comme il l'a fait pour toutes les églises du secteur: dans son rapport, il ne fait allusion qu'au comportement du curé de Celles et à rappeler ses règles sur la confession...

Depuis, d’autres « miracles » sont attribués à ce site…

Mais,… les circonstances historiques de l’époque ont fait que le Vatican n’a jamais pu se prononcer sur le cas des apparitions de Celles ! D’abord, les textes des enquêtes ne sont jamais parvenues à Rome et sont restés à Pamiers, enfermés dans un coffre… Seules les circonstances du conflit entre le seigneur de Celles et de son curé (mentionnés dans les documents sur le conflit de la Régale de Louis XIV) sont dans les archives vaticanes… Enfin, la validation d’une apparition, à l’époque, n’est pas la même qu’actuellement : jusqu’au milieu du 18ème siècle, il n’y avait pas de règles précises…

Donc, si la chapelle de Celles n’est pas connue (à cause de ces événements historiques que nous venons de relater rapidement) : c’est de la faute à Louis XIV !!!

 Un mot sur l’édifice…

 Nous ne savons rien sur la chapelle d’origine… si ce n’est un document relatant un don conséquent d’une femme noble de Chalabre. Les recherches effectuées dans une centaine de registres notariés sont restées infructueuses. L’on peut penser que l’acte de commande (matériaux, dons, maçons et charpentiers) de cet édifice ait pu être passé chez le notaire de Saint-Paul… Or, ses registres ont disparu…

Nous n’avons pratiquement rien dans les archives concernant le 18ème siècle. Le chemin de croix a du être réalisé durant ce siècle (il n’est mentionné, pour la première fois, que par le cadastre napoléonien). Il faut attendre la moitié du 19ème pour avoir une description, au moment où de gros travaux sont entrepris…      

Cette restauration comporte le déplacement de la fontaine (qui se trouvait sous la chapelle) à l’endroit où elle se trouve de nos jours. L’allée où se trouve cette même source était bâtie : elle a été démolie c’était un péristyle donnant sur l’entrée de la chapelle qui se trouvait dans l’actuelle chapelle dite des apparitions (où se trouve la pierre sur laquelle la sainte Vierge serait apparue). En outre, la chapelle a été surélevée… Des aménagements effectués…

L’on sait que des dons de toute la France sont arrivés à Celles pour cette entreprise (Saint-Brieuc, Strasbourg…). La population a donné du temps pour monter les matériaux avec des bœufs par le chemin escarpé de l’actuel chemin de croix extérieur qui part des Iccarts à la chapelle.

A noter que tout cela a été le fruit du travail d’organisation et de collecte de fonds par le curé François Mouychard qui, en plus, fera construire l’église de Celles. Notons, aussi, que le chef de chantier était de  Saint Paul…

 Le 20ème siècle ne voie que des réparations ponctuelles (suite à Vatican 2, ou après des tempêtes). Une souscription avait été lancée par le dernier chapelain et curé en titre de Saint-Paul, l’abbé Raoul Sablé : sa mort (1995) a retardé les travaux envisagés.

En 2000, devant les dangers engendrés essentiellement par la toiture, la commune (à laquelle appartient l’édifice) décide de le fermer par sécurité. Depuis, après maintes études, des travaux importants et essentiels ont été réalisés... :

       Nous sommes donc devant le témoignage d’une œuvre (œuvre humaine pour tous ; œuvre spirituelle pour certains…) entreprise il y a plus de 300 ans et qu’il appartient à notre génération de sauvegarder…"

       (Texte et étude de J.J. Pétris à l'occasion de la marche populaire organisée par le Club Léo Lagrange de Saint-Paul le 25 juin 2006)

         Depuis la rédaction de ce texte, la toiture de la chapelle a été entièrement refaite, les murs décapés et jointoyés, les voûtes consolidées, etc...

         En 2008, la chapelle est réouverte au public...

      Les travaux continuent au rythme des arrivées des dons...

 Une association s'est constituée pour oeuvrer en     vue de sa restauration:

 Association     pour la restauration de N.D.  de Celles            

 http://ariege-catholique.cef.fr/site/129.html

  Pour ce qui est du religieux, Celles dépend du doyenné de Foix et du secteur  paroissial de Foix comprenant:

Foix, Arabaux, Cos et Labarre, Ferrières, L'Herm, Montgailhard, Montoulieu,  Pradières, Prayols, Saint-Martin de Caralp, Serres sur Arget, Soula, Saint-Pierre de Rivière, Brassac, Bénac, Ganac, Le Bosc, Burret, Saint-Paul de  Jarrat, Celles, Freychenet

    Traditionnellement, la chapelle de Celles avait, depuis qu'il n'y a plus de curé à Celles, un chapelain qui était le curé de Saint-Paul de Jarrat. La chapelle, de nos jours, dépend du secteur paroissial de Foix. Depuis la fin de l'été 2007, le responsable religieux de la chapelle n'est plus le curé de Saint-Paul...

 Municipales 2008:    107 Inscrits

inauguration-chapelle-discourt-du-maire-2008-1.jpg


img-5780.jpg

img-5790.jpg

img-5801.jpg

img-5798.jpg

img-5802.jpg

img-5793.jpg

Notre-Dame-de-Celles : une association pour la restauration et la sauvegarde de la chapelle
 
 
L’association L’association a été créée en 1999. En collaboration avec la commune de Celles, propriétaire de la chapelle, elle travaille à restaurer ce patrimoine unique en Ariège. Son action se situe dans l’aide bénévole, la communication et la collecte de fonds.
L'assemblée générale ordinaire se réunit tous les deux ans. Le conseil d’administration compte vingt membres.

Le bureau :

  • Président d’honneur :
  • M. René-Bernard Authié, maire de Celles
  • Président : M. François Prieu,
  • Secrétaire : Mme Nicole Lecoq
  • Secrétaire adjoint :
  • Mme Michèle Lorenzo
  • Trésorier : M. René Authié 
  • Trésorier adjoint :
  • Mme Marie-André Fons


Siège social : Mairie de Celles - 09000 Celles
Contact : François Prieu



Les actions de l'association au fil du temps 

1999 :

• Création de l’association avec de nombreuses bonnes volontés locales.

2000 :
• État des lieux du bâtiment et du site avec un établissement des priorités de restauration.

2004 et 2005 :

















• Rénovation complète de la toiture, charpente et pose d’une couverture en tuiles neuves.

2006 :










• Pour la communication : création de plaquettes d’information et ventes d’objets lors d’animations.
• Pour les travaux : démarrage de la rénovation des murs intérieurs.

2004 et 2005 :
• Rénovation complète de la toiture, charpente et pose d’une couverture en tuiles neuves.

2006 :










• Pour la communication : création de plaquettes d’information et ventes d’objets lors d’animations.
• Pour les travaux : démarrage de la rénovation des murs intérieurs. 2007 :
• Rénovation des murs : rejointoiement des pierres.

2008 :










• Janvier : réparation des plâtres de la voûte.
• Février : pose du plancher neuf.
• Avril : badigeonnage de la voûte.
• Mai : fin de l'installation électrique.
• 19 juillet, réouverture de la chapelle.
• Inauguration.

 2009 :










• Juin : Rénovation des toitures des deux chapelles latérales.
• Octobre : Rénovation de la peinture du maître autel et pose d'icônes de Jean Bonavita.

2011 :










• Février : Réfection de la voûte de la tribune.
• Décembre : La voûte en réfection

2012 : 










• Juillet : Pose de la rosace restaurée.
• Septembre : Aménagement du nouveau chemin d'accès.

Pour l'avenir, à la mesure des financements :

• La tribune :  le rejointoiement des murs et la pose des menuiseries : fenêtre et porte.

• Le chemin : création des fossés, apport de granulats pour constituer le corps de chaussée et pose de rigoles métalliques pour l'évacuation des eaux de ruissellement.


 

Les soutiens :  

Les plus grands soutiens sont les nombreux amis de la chapelle, qu’ils soient pèlerins ou promeneurs, ainsi que les amis du patrimoine ariégeois et pyrénéen. Actuellement, plus de 550 personnes accordent à l'association leur soutien financier.Ensuite, ce sont les pouvoirs publics : Drac, Conseil général de l’Ariège, qui nous ont aidés par des subventions.Des entreprises ont également apporté leur concours : le Crédit agricole, le Groupe AMA, France Télécom, la Banque populaire, la Poste, Le journal de l’Ariège et des associations comme le Lions’ club.


Ryton Cazenave a peint une aquarelle dont les reproductions sont vendues au profit de la restauration. (On peut la commander à l’adresse de l’association). Ce soutien très large motive dans l'action de l'association.[IMAGE]Vous qui découvrez l'association par Internet, vous pouvez rejoindre ce projet et devenir partenaire de cette œuvre en versant un don.
Vous pouvez également devenir membre de l’association en versant une cotisation de 10 €,
ainsi vous participerez à la vie de votre association.
Quel que soit votre choix, donateur ou membre actif, vous recevrez annuellement des informations sur l’avancement de nos actions.

Vous pouvez soutenir le projet de restauration de la chapelle de Notre-Dame-de-Celles, en ouvrant le bulletin de soutien, en l'imprimant et en le renvoyant à :

Association pour la restauration de la chapelle de Notre-Dame-de-Celles - Mairie - 09000 Celles

© Photos : Association pour la sauvegarde et la restauration de Notre-Dame de Celles - 2009


 

Lettre aux amis de la chapelle 

Suivre ce lien pour consulter ou télécharger le numéro en cours ou les précédents numéros  de « la Lettre aux amis de la chapelle »

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×